Ikigami, tome 1. Motorô Mase

Vous savez quoi ? J’ai lu le tout premier manga de ma vie !!! Et ce, grâce à Agathe qui a eu la très bonne idée de m’en offrir un pendant le swap de l’avent.

 

Synopsis

Dans ce pays, tous les enfants sont vaccinés à leur entrée à l’école. Mais un vaccin sur mille contient une micro-capsule qui explosera entre l’âge de 18 et 24 ans, causant la mort de la jeune personne.
Un fonctionnaire a reçu pour mission de délivrer dans sa circonscription l’Ikigami, le préavis de décès annonçant qu’il ne reste plus que 24 heures avant explosion de la capsule. En suivant de près ou de loin le sort des hommes et des femmes à qui il vient annoncer la mort, il en vient à se poser des questions interdites sur la légitimité de cette « Loi pour la Prospérité Nationale »

 

Mon avis

Tout d’abord, le synopsis m’a tout de suite intrigué. Cette histoire de hasard du destin, de contôle du peuple par un système que l’on devine très controversé… ouais, moi ça me bottait bien tout ça !

Dans ce livre, nous allons donc suivre Fujimoto, un fonctionnaire qui a pour mission de délivrer l’Ikigami : un document indiquant à la personne qui le reçoit qu’il ne lui reste que 24 heures à vivre. Et si au début, il se livre à cet emploi en tant que bon citoyen, il va rapidement commencer à se poser des questions quant au bien-fondé de cette fameuse Loi por la Prospérité Nationale. Car voyez-vous, quand un homme se permet de la critiquer tout haut, et se fait embarquer illico, bah Fujimoto, ça le perturbe un peu. Alors oui, le doute s’installe en lui, il commence à se faire de plus en plus curieux par rapport à cette organisation mystérieuse par bien des côtés… Et après tout, cette pratique est-elle la plus adéquate pour annihiler la violence dans le pays ?
J’ai aimé suivre le raisonnement de Fujimoto à travers son rôle dans cette société dont il n’est qu’un sujet subissant parmi tant d’autres. On le voit au fur et à mesure prendre toute la mesure de son boulot, éprouver de l’empathie pour ces personnes à qui il délivre l’Ikigami, bref, on devine que petit à petit il essaie de sortir de cette société à pensée unique où aucune controverse n’est tolérée. Cependant que ce premier tome ne reste qu’à l’état de réflexion, et j’avoue que j’aurais apprécié deviner déjà quelque rebellion de la part du personnage. Car j’imagine aisément que par la suite Fujimoto ne va pas se contenter de délivrer ses Ikigamis sans broncher, mais pour le moment il se cantonne à une simple remise en question. Ce qui est déjà beaucoup, j’en conviens… Mais voilà, je pense que ça aurait fait une bonne mise en bouche pour les prochains volumes.

En parallèle à cette histoire, et bien nous avons les histoires de ces personnes qui recoivent le fameux ikigami. Nous allons donc suivre plusieurs jeunes gens dans leurs dernières 24 heures et voir ce qu’elles en font. Entre vengeance, remise en question, pardon, réflexion sur la valeur de la vie, sur l’amitié, les réactions sont bien différentes d’un individu à l’autre. Et au-delà de se demander ce que l’on ferait de nos dernières heures, c’est bien les limites de cette Loi pour la Prospérité qui nous est permis d’analyser. Car celle-ci va bien vite nous apparaître comme n’étant pas aussi infaillible qu’elle prétend l’être…

Concernant les dessins, j’ai un peu de mal à me faire une opinion, n’étant pas du tout habituée au style manga…  D’un côté j’ai aimé la dynamique des dessins, rendant l’histoire bien vivante, et d’un autre côté, j’ai remarqué que les personnages avaient souvent un air agressif, même quand ils n’étaient pas spécialement en colère. Cela apporte de ce fait une dose de violence qui m’a semblée inutile, l’histoire se suffisant à elle-même.

En conclusion, cette première expérience Manga fut très bonne. J’ai aimé l’histoire, les dessins dans leur ensemble. Ce n’est pas un coup de cœur, car comme je l’ai dit, je pense que le personnage principal aurait déjà pu être plus mûr dans sa dynamique de rebellion, et c’est justement parce que je veux savoir ce qui arrive après que je lirai la suite de cette saga.

 

Publicités

2 réflexions sur “Ikigami, tome 1. Motorô Mase

  1. Félicitation pour ton premier manga! Et j’espère que tu fera d’autre aussi bon titre que regorge le monde du manga. N’ayant pas encore lu Ikagami (mais c’est au programme) je ne peux en donner mon avis, mais ce qui est sûre c’est que Motoro Mase maitrise son art. Son point fort n’est pas le dessin mais le scénar. J’ai lu le premier tome de Demokratia et je peux dire qu’à l’instar de la plus part de ses confrères, il sait ce démarqué du lot! Et je pense que c’est justement pour ça qu’il n’a pas fait de son personnage principale quelqu’un d’impulsif qui remet tout en cause sans se soucier des conséquences. Faire en sorte que son perso soit plus mature et réaliste rend son oeuvre plus accessible.

Envie de laisser un petit mot ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s