Archives de tags | tourisme

La traversée du pont de Brooklyn

Mes quinze jours passés à New York en juin 2010 m’ont permis de découvrir pas mal de choses. Des incontournables comme le Moma aux lieux plus insolites tel que le Wave Hill, un parc très sympathique situé dans le Bronx.
Cet article porte sur ce que je considère comme un incontournable pour tout touriste qui se respecte : Le pont de Brooklyn. Ou Brooklyn Bridge in english.
P1020776

 

Deux ou trois mots sur ce pont

Je ne vais pas vous blablater 10 pages sur l’Histoire du Brooklyn Bridge, ses dimensions, sa construction, ni vous faire l’arbre généalogique de la famille du constructeur. Pour celles et ceux qui seraient intéressés par le sujet, Wikipédia détaille tout cela.
Donc, pour faire court :
Il s’agit de l’un des plus vieux pont suspendus. Sa longueur avoisine les 2 km. 14 ans de travaux ont été nécessaires pour construire cet édifice, qui ne se fit pas sans mal, puisque plusieurs personnes décédèrent durant ce projet.
Aujourd’hui c’est un véritable symbole de la ville de New York, et ce n’est certainement pas par hasard s’il est classé monument historique.
P1020777

 

Un pont pas trop loin…

De l’hôtel.
Nous avions décidé d’aller fouler le Brooklyn Bridge un matin alors qu’il ne faisait pas trop chaud. Et oui, lors de notre séjour Américain nous avons eu droit à des température quasi caniculaires : entre 30 et 35°c. Parfois plus. A New York de telles températures sont rapidement insuportables.

Nous avions la chance qu’un bus partant de notre hôtel passe non loin du pont. D’ailleurs, nous n’avions pas réalisé que ce dernier était si proche de notre hôtel, à tel point que nous avons failli rater l’arrêt.
Enfin, nous accédons au Pont en lui-même. Et ma première surprise est très positive car je découvre qu’il existe un accès piétons bien séparé de l’accès pour véhicules motorisés qui, eux, effectuent la traversée via un pont situé juste en-dessous. J’avais toujours cru que les deux se faisaient par la même route.

En clair, je vais pouvoir me mettre en plein milieu du pont sans risquer de me faire écraser, et ça c’est super chouette.

 

P1020779

 

Le soleil Brille, brille, brille sur le Pont de l’East River

Promenade sur le Pont.

Si traverser le Pont de Brooklyn n’est pas aussi physique qu’un Trekking dans l’Himalaya, il est toutefois utile avant de s’y rendre de connaitre quelques petites choses utiles.

La traversée fait 2km. Le pont est situé au-dessus de l’eau, donc il y a risque de vent glacial l’hiver. L’ombre est plutôt rare, alors attention au coup de chaud l’été. Pour cela, mieux vaut éviter d’y aller en plein midi. Pour notre part, nous avons préféré nous y rendre le matin, mais à ce qu’il paraît la traversée à la tombée de la nuit est également très intéressante.
Sur le pont, il n’y a pas de toilettes, donc pensez-y avant de commencer la traversée :-D. Pensez aussi à prendre une bouteille d’eau s’il fait chaud. A moins que pour vous débourser 2$ pour une bouteille de 50cl ne vous pose pas de problème.
Enfin, l’ombre sur le pont est assez rare, voir inéxistante. Avec la réverbération de l’eau, attention aux coups de soleil et autres insolations.

 

P1020786
Et là, j’en entends déjà certains émettre des objections : Oh mais 2km c’est vite fait, en 30 minutes maxi 40 c’est torché.
Oui mais non ! Traverser le pont de Brooklyn quand t’es touriste, ce n’est pas se contenter de marcher dessus.
C’est admirer de près l’architecture de ce pont.

 

P1020788

L’architecture Néo-gothique associée aux câbles de suspension qui font nettement plus moderne lui confère un aspect assez unique.
L’architecte avait d’ailleurs prévu des armatures six fois plus solides que nécessaires, d’où le nombre important de celles-ci.
Le sol est fait de planches de bois clouées. Ça ajoute également à l’aspect rustique du pont. Et rassurez-vous, aucune crainte à avoir quant à la solidité. A ma connaissance, personne n’est passé à travers une latte ^^.

 

P1020789

C’est également en profiter pour regarder Manhattan et ses immenses buildings.

En effet, depuis le pont de Brooklyn on a une vue imprenable sur Manhattan.
« Oh, on voit le Woolworth Building ! – Regaaaarde, c’est l’Empire State là-bas – Elle est où la Chrysler Building ? Ah ouiiii ! je la vois !! – Heeey, derrière toi y a la Statue de le liberté ! – Euh, c’est quoi ce grand immeuble ? j’sais pas mais il est trooop grand. »

Le recul permet de s’apercevoir que tous ces gratte-ciels bah ils sont vachement hauts. Oui, oui je le savais déjà, mais depuis le pont j’ai trouvé ça plus impressionnant qu’en étant tout près de ces immeubles.

 

P1020790

Enfin, pour le touriste lambda, traverser le pont de Brooklyn c’est également photographier tous les 10 mètres.
« Trop bien la photo de Manhattan avec la structure du pont en premier plan ! – Ah oui, mais d’ici j’ai les câbles devant et ça fait trooop comme si t’étais en prison – Attends, j’essaie de zoomer sur l’Empire – Han, viiiiiiite, y a personne, on peut prendre une photo du pont sans touriste dessus – Tiens, je sais pas ce que c’est que ce truc mais c’est beau, je prends en photo – Mais bien sûr, monsieur le touriste que je peux vous prendre en photo avec votre appareil. Vous faites pareil pour nous, s’il vous plaît ? – Attends, je recommence ma photo de la Chrysler parce que celle d’avant elle était pas bien. – Hey, j’ai même pas photographié les tours néogothiques, j’y retourne. »

 

P1020792

Vous comprendrez pourquoi notre traversée aura duré au total plus de 2 heures.
Finalement, nous quittons le pont côté Brooklyn. Il y a d’ailleurs un passage piéton assez long et monotone entre la fin du pont en lui-même et l’entrée dans Brooklyn.
Nous arrivons non loin d’un carrefour où quelques bus y passent. Nous décidons d’en emprunter un et de nous rendre au Botanical Garden, un jardin très sympathique.

 

P1020797

Et si c’était à refaire ?

Traverser le pont de Brooklyn est pour moi une chose que je n’aurais raté pour rien.
La vue sur Manhattan y est unique.
Le fait de pouvoir marcher tranquillement sans avoir des voitures autour de soi est appréciable.
Il y a de jolies photos à faire.

Si l’occasion m’était donnée de retraverser ce pont, j’aimerais le faire à la tombée de la nuit. Histoire de voir Manhattan autrement.

L’île d’Yeu, un petit paradis au large de l’Atlantique

L’ Île d’Yeu, un petit coin de paradis au large de la côte atlantique.

L’ Île d’Yeu est plus la septentrional des îles françaises de l’Atlantique, située à 14 Km du continent. Elle se trouve au large de la Vendée.
Pour la rejoindre il faut prendre le bateau au départ de Fromentine en Vendée. Il faut compter 1h15 de trajet environ. Trajet qui me semble plus ou moins long selon l’état de la mer, et la force du vent.

 

Une fois arrivés sur l’île, à Port Joinville, vous pouvez vous rendre dans un des nombreux magasins de location de bicyclettes. Sa petite taille (23km² : 10km² de longueur et de 4 Km² de vaste) lui permet d’être visité en bicyclette ou à pied. Vous pouvez aussi louer une voiture ou apporter la vôtre du continent, mais dans ce cas expliquez moi l’intérêt d’une voiture sur une île de 4Km sur 10 Km… Donc, dans la mesure du possible évitez ce moyen de locomotion. La nature vous en remerciera ! Il existe beaucoup de chemins balisés pour les parcours en bicyclette. Afin de préserver l’intégrité du paysage, ces signaux sont tracés directement sur la pierre ou par terre. Cependant, s’éloigner de ces directions n’est pas un drame, et permet, au contraire de faire des découvertes intéressantes et de profiter d’un panorama intéressant.

 

P1010569

 

C’est parti pour une belle visite.

L’ Île d’Yeu offre des paysages splendides, et les villages typiques, avec leurs maisons blanches et volets bleus valent le détour. On peut y voir des monuments mégalithiques (dolmens, menhir) qui témoignent la présence humaine au néolithique. Les plages, au du Nord-Est, ont conservé un caractère assez sauvage. Ici, pas de grands immeubles faisant face à la mer. Cette place est assez exposée au vent, et l’hiver la mer est assez agitée.

Se promener à pied ou à vélo sur l’Île d’Yeu est un pur bonheur. Personnellement, je ne me lasse pas de parcourir ce petit bijou. D’ailleurs je préfère me promener à pied plutôt qu’à vélo car cela permet d’aller dans plus d’endroits. Certes en vélo on peut parcourir plus de distance, mais des bus permettent de se rendre d’un point à un autre au prix de 1€ par trajet.

 

P1010575

 

Quelques exemples de balades. 

Quand vous arrivez à Port Joinville, au nord de l’île, prenez le bus jusqu’à la Meule, au sud puis rejoignez à pied la plage de Vieilles, située à l’est, où vous pourrez vous baigner.
Vous commencerez par faire un petit tour au « village de la Meule », un des plus ancien village de l’île. Vous descendrez vers le « port de la Meule » en empruntant une des ruelles du village, bordée de maisons blanches. Le port de la meule est un petit bijou de la côte sauvage. Vous pourrez admirer ses couleurs qui lui confèrent un charme indéniable. C’est sans doute l’endroit qui attire le plus de touristes, alors l’été n’espérez pas vous retrouver seuls face à la mer.
Au fil de la promenade, vous ne manquerez pas un arrêt devant la « Pierre tremblante », ce mégalithe de 7 mètres de long. La vue y est magnifique. D’ailleurs la vue est superbe de partout ! Vous pourrez aussi faire un arrêt à la « anse des Soux, non pas parce que des sous y sont cachés, mais parce que c’est un des endroit de l’île où l’eau y est des plus belles. Cet endroit n’est accessible qu’à pied, donc si vous avez des vélos il vous faudra les laisser un peu plus loin. C’est un des lieux que j’affectionne particulièrement. Par contre, il faut savoir que si la mer est agréable à regarder, la baignade n’y est en revanche pas conseillée, surtout pour les jeunes enfants. De nombreux rochers bordent la plage. Vous pourrez donc admirer l’océan tout en pique-niquant près du menhir du « pain et du beurre ».

P1010581

 

Après avoir profité de la baignade à la « plage des vieilles », vous pouvez reprendre le bus jusqu’à Saint Sauveur.
Vous déambulerez dans les ruelles étroites, bordées de maisons type poitevin, du bourg de Saint sauveur. Ce bourg était autrefois la capitale de l’Île.
Vous ne manquerez pas de visiter « l’Eglise de Saint Sauveur. ». Cette église en granit gris, qui prédomine la petite ville, appartient à cette floraison de constructions religieuses issues des grands mouvements spirituels qui suivit l’an Mil. Elle est, depuis 1906, classée à l’inventaire des monuments historiques.

 

st sauveur

 

Ensuite vous rejoindrez Port Joinville à pied ou en bus, selon vos envies.
Port Joinville est la capitale de l’Île. C’est d’ici que partent et arrivent les bateaux du continent. Vous pourrez flâner devant les magasins qui bordent les ruelles, ou bien faire une pause dans un café.
Puis vous irez vous promener dans ses rues pour rejoindre l’église Notre Dame du Port, construite de 1827 à 1829 puis agrandie en 1887. Vous remarquerez son clocher surmonté d’un campanile à bulbe, qui lui donne un air oriental. A l’intérieur de l’église se trouve un orgue monumental de 1500 tuyaux exécutés en 1996.  Personnellement je n’ai pas encore pris le temps de rentrer dans cette église.
Une fois la visite de l’église terminée, vous redescendrez vers le port par la rue Guist’Hau. Cette rue porte le nom d’un ancien ministre de la IIIème République et maire de Nantes. Puis vous emprunterez une de cezs rues au nom peu communs, tels que « rue de la fourchette », « rue du coin du chat » ou encore « rue du secret ».
Vous continuerez votre promenade jusqu’au port. Ici, l’activité de la pêche y est primordiale, et particulièrement la pêche au thon.

 

P1010586

 

A partir de Port Joinville vous avez aussi la possibilité de vous diriger vers la « Pointe des Corbeaux » en longeant la côte est de l’Île, appelée aussi « côte de lumière ». Vous pourrez vous baigner sur une des nombreuses plages qui bordent la côte. Ou bien marcher à l’ombre des conifères et autres espèces protégées.

Durant la saison estivale, les touristes sont assez nombreux, surtout de ce côté là de l’île. Cependant, même s’il y a du monde, je n’ai jamais eu l’impression de foule compacte sur les plages ou dans les rues, comme c’est le cas sur le continent, à Saint-Jean-de-Monts ou aux Sables d’Olonnes par exemple. Sur l’île d’Yeu cela reste tout à fait supportable. On regrettera simplement ces quelques touristes qui n’ont jamais entendu parler de cette formidable invention qu’est la poubelle, et qui par conséquent laissent canettes, bouteilles, papiers divers dans leurs sillages.

 

P1010575

 

Ainsi, vous irez jusqu’à la « pointe des corbeaux » située à l’extrême sud-est de l’île. Ici se dresse le « Phare des corbeaux », mis en service en 1868 mais détruit durant la seconde Guerre Mondiale puis reconstruit dans les années 50. L’endroit est particulièrement exposé au vent. Ce n’est pas l’endroit idéal pour pique-niquer ou faire une pose lecture.
Pour la petite histoire, la Pointe des Corbeaux tiendrait son nom d’une légende racontant qu’autrefois deux corbeaux blancs régnaient sur l’île et rendaient la justice en départageant les plaignants.

Si vous préférez les côtes sauvages aux grandes plages de sable fin, il faudra vous rendre sur la côte Nord-ouest de l’île.
Vous partirez de la « Pointe de la Gournaise » où se trouve le dolmen du « petit farfadet », monument mégalithe. Vous vous dirigerez vers la pointe du But en vous arrêtant au dolmen de la « Planche à Puare », autre monument mégalithe de l’île.
Quand vous êtes à la Pointe du But, regarder vers la mer. Vous apercevrez ce petit bout de terre qui semble dériver. C’est le phare des « chiens-Perrins »
Puis vous continuerez vers le sud en longeant la côte sauvage. Vous irez jusqu’à la presqu’île du « Châtelet » en passant par la plage des « Sabias ». La presqu’île du Châtelet est le plus long promontoire de l’île. Il aurait servi de retranchement aux armées de César venues sur l’île au 1er siècle avant J.C.
Vous pourrez admirer la mer qui vient fouetter les rochers en y laissant son écume. L’hiver le vent y est assez fort, en revanche pendant l’été le vent y est moindre. Prévoyez chapeaux et crèmes solaires pour l’été car ce côté là de l’île est très peu arboré, et le léger vent permanent qui donne cette sensation de fraîcheur peut vite devenir traître.

 

P1010599

Vous ne pouvez pas aller sur une des plages à cause de la pluie ? Ce n’est pas grave ! Profitez-en pour visiter le « Musée de la pêche » à Port Joinville. Vous saurez tout sur les traditions de la pêche à l’île d’yeu et pourrez admirez les expositions des maquettes de bateaux.
S’il pleut toujours, ou simplement si le cœur vous en dit, vous pourrez ensuite vous rendre au « Musée Historial » pour en savoir plus sur l’Histoire de l’île. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller dans ses musées parce que chaque fois que je viens sur l’île il fait beau et je préfère donc en profiter pour marcher ou faire du vélo. Et puis c’est aussi une bonne raison pour retourner là-bas, hein ?

L’île d’Yeu regorge d’autres sites tout aussi intéressants à découvrir, tels que le « grand phare » ou le « moulin du grand chemin ».
Et oui, même si l’île est petite, une journée ne suffit pas à tout voir.

Je fais partie de ces « touristes d’un jour » qui viennent passer une journée sur l’île. Chaque fois je choisis un endroit vers lequel je me ballade, le plus souvent à pied, parfois en vélo.
Bien sûr, rien ne vous empêche de passer plusieurs jours sur place. Vous trouverez à votre convenance un camping, des hôtels, locations ou chambres d’hôtes. D’ailleurs j’ai bien l’intention une fois de dormir sur place afin de pouvoir profiter de l’île à la tombée du jour. Il paraît que le coucher de soleil y est magnifique.

 

Eglise_Notre-Dame_de_Port-Joinville
Pour les petites et grandes faims, de nombreux choix s’offrent à vous. Vous pouvez aller dans un des supermarchés pour acheter de quoi pique-niquer, ou bien faire une pause dans une des nombreux restaurants présents sur l’île. Crêperie, brasserie, restaurant de fruits de mer… le choix est divers et varié et les prix ne sont pas trop excessifs. Personnellement je viens sur l’île d’Yeu avec mon pique-nique. Ça m’évite de perdre du temps au supermarché en arrivant là-bas.

Aller sur l’île d’Yeu est toujours un immense bonheur pour moi.
Parce que là-bas la nature y a encore ses droits. Parce que même si en saison estivale les touristes sont nombreux, on y trouve quand-même une impression de calme et de tranquillité. L’île d’Yeu semble défier le temps. Quel plaisir de marcher le long de la côte sans la vision « d’immeubles à touristes » qui défigurent les paysages du continent !
Bien sûr, ces dernières années on a pu voir des changements dans l’île et notamment quelques hôtels pour attirer les touristes. Mais ceux-ci ne dépareillent absolument pas du paysage.
Avant, seuls les habitants pouvaient circuler en voiture. Maintenant les touristes peuvent en louer. Dommage que tant de personnes se laissent tenter par ce moyen de déplacement. Ils ne savent pas ce qu’ils ratent en ne prenant pas le temps de flâner dans les ruelles des villages ou le long des côtes. Et puis au prix de 1€ le trajet en bus, si vraiment on n’aime pas marcher, pourquoi se priver ?

 

P1010607