Archives de tags | théâtre

Ecrire ou ne pas écrire un article. C’est là la question

Il y a quelques semaines de cela, j’écrivais sur un article consacré à Othello que le théâtre n’était pas mon genre littéraire préféré. Personnellement, je préfère aller voir jouées les pièces sur scène. Cependant, j’ai quand même voulu lire l’une des plus célèbres œuvres de Shakespeare : Hamlet. Bon ok, en fait j’ai surtout voulu la lire pour un challenge sur livraddict ^^

 

 

Synopsis

 » II y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark !  » Le soir venu, le spectre du roi défunt hante les brumes du château d’Elseneur.
II crie vengeance. Honte à son frère Claudius, le lâche assassin ! Hamlet, son fils, a promis… Ce crime ne restera pas impuni. Mais au bord du gouffre, le voilà qui vacille :  » Être ou ne pas être ?  » Jeu de miroirs, faux-semblants… Théâtre dans le théâtre… Folie simulée ou véritable démence ? Le meurtre est pourtant bien réel. Et la mort d’Ophélie annonce d’autres désastres. Au coeur de la tragédie jaillissent alors les voix mystérieuses du pouvoir et de la guerre, de l’amour et de la mort.  »

 

 

Mon avis

Si vous n’avez jamais lu, ni vu Hamlet, vous en avez forcément entendu parler au moins une fois, ne serait-ce que pour la fameuse tirade « être ou ne pas être ».

Hamlet, je l’ai vu au théâtre deux fois, j’ai vu la version céné de Franco Zeffirelli (avec Mel Gibson), ainsi que celle de Kenneth Branagh. Donc, avant même d’entamer ma lecture, je connaissais et j’aimais cette histoire. Ce ne fut pas une grande découverte pour moi, mais juste l’occasion de connaître l’origine de ces versions.
Et j’ai vraiment aimé redécouvrir cette œuvre, pour son histoire bien sûr, mais aussi pour l’écriture. Car même si je l’ai lue en français, la prose est magnifique, le texte est beau et juste. Et puis, tout en connaissant l’œuvre, et bien je n’avais jamais fait attention au fait que les grandes tirades étaient si nombreuses.  Moi qui ai tendance à penser que le théâtre est fait pour être joué, plus qu’être lu, et bien ce cher William est en train de me contredire.

Donc, Hamlet c’est une histoire de vengeance, d’usurpation de trône, de trahison et aussi d’amour. En somme, des thèmes fort appréciés par Shakespeare, et que l’on retrouve dans bon nombre de ses pièces.
Je me suis rapidement attachée au personnage d’Hamlet. C’est un homme torturé qui joue au fou et que l’on prend pour un fou, un héros plein de courage et désireux de venger le meurtre de son père. Mais sa folie est-elle vraiment feinte ? C’est la question que l’on peut se poser… car l’homme a en lui cette part de cruauté qui en fait un héros… bah, pas si héros que ça par moment, en fait. Le personnage s’avère finalement plus complexe qu’il n’y parait, et moi j’aime ça ! Bien sûr, on se prend à haïr Claudius ou encore Polonius… Quant à Ophélie, et bien la manière dont elle s’enfonce dans la folie (pour de vrai) est tout simplement tragique. Ce serait donc pour ça qu’on appelle ça une tragédie ? ^^

En conclusion, je suis ravie de m’être attardée sur la version papier de cette œuvre classique. Bien sûr, j’imagine que la lire en version anglaise est un plus pour découvrir les subtilités de la langue, malheureusement je n’ai pas le niveau d’anglais pour.
 

 

Othello. William Shakespeare

Cette année, je me suis inscrite au baby-challenge Classique de Livraddict. Et parmi les 25 titres proposés, figure Othello de William Shakespeare. Or, il s’avère que justement, je n’ai jamais lu de Shakespeare. J’ai vu des ses œuvres au théâtre ou en adaptation cinématographique, mais jusqu’alors je n’avais jamais pris le temps d’en lire une. Et, il s’avère également que je n’ai jamais vu Othello au théâtre. Cela fut donc une totale découverte pour moi.

 

 

 

Synopsis

Général au service de Venise, Othello est un homme heureux, au sommet de sa gloire. Envoyé à Chypre pour combattre les Turcs, il est servi par la tempête qui balaie la flotte ennemie, et rejoint sa femme Desdémone pour une nuit de fête. Mais son bonheur est fragile : le perfide Iago, jaloux et machiavélique, multiplie les intrigues pour empoisonner leur joie. Mené par la haine, Iago persuade Othello de la trahison de sa femme. Et le héros superbe et généreux tombe dans le piège qui signera sa perte… Cette tragédie captivante, magistralement construite et servie par une langue splendide, demeure sans doute la plus belle expression littéraire d’une passion éternelle, celle de la jalousie.

 

 

Mon avis

De l’amour, de la jalousie, de la trahison. Voilà ce que nous promet cette œuvre ! En somme des thèmes chers à Shakespeare et que l’on retrouve dans nombre de ses œuvres.
L’intrigue est intrigante (sans blague ?), les dialogues s’enchaînent (étonnant pour une pièce de théâtre !).
Cette première expérience de lecture Shakespearienne fut intéressante, mais ce n’est pas l’œuvre qui m’a le plus marquée. J’ai trouvé les personnages très inégaux. Autant j’ai aimé découvrir le cheminement de Iago pour porter le coup de grâce à Othello, j’ai apprécié voir comment il va se servir de tout un chacun pour réussir à discréditer le maure. Autant, j’ai trouvé que les gentils étaient bah… trop gentils et trop naïfs.
Quand on lit une pièce de théâtre, en général on ne s’embarrasse pas de descriptions à foison concernant les décors ou les habits. Nous savons le minimum nécessaire nous permettant de situer l’action ou les personnages. L’avantage, c’est qu’on se concentre vraiment sur l’intrigue en elle-même, et non sur les à-côtés. L’inconvénient, c’est que j’ai le sentiment qu’il me manque quelque chose. Je ne parle pas d’Othello en particulier, mais de la lecture d’une œuvre théâtrale en général. Je n’ai jamais vraiment adhéré à la lecture du théâtre, considérant que ces œuvres sont faites avant tout pour être jouées et non lues. Car ce qui fait tout l’intérêt d’une pièce comme Othello, ce sont les personnages, mais surtout leurs dialogues.
J’espère donc avoir l’occasion de voir Othello au théâtre, car en soi, j’ai trouvé l’histoire vraiment intéressante.