Archives de tags | Iliade

L’Odyssée. Homère

Après la bonne surprise que fut la lecture de l’Iliade, c’est tout naturellement que j’ai décidé de continuer la saga Homeriène (je ne sais pas si ça se dit, mais on a qu’à dire que oui) avec L’Odyssée. Et aussi parce que je l’avais proposé en lecture commune sur Livraddict. Pour la date du 13 janvier.

Synopsis

L’épopée d’Ulysse pour revenir de Troie, en Asie Mineure, jusqu’à sa terre natale, l’île d’Ithaque, dans la mer Ionienne, à l’ouest de la Grèce. Récit et conte merveilleux, cette épopée est, dans le monde antique, le texte fondateur source de toute culture. Des extraits des épisodes principaux avec des commentaires historiques, archéologiques et anthropologiques sur la Grèce antique.

Mon avis

Evidemment, avant même d’ouvrir ce livre, enfin d’allumer ma liseuse, je savais exactement de quoi parlait l’histoire. Car quand j’étais petite, j’avais une version simplifiée et (très) illustrée de l’Iliade et l’Odyssée. Et je l’aimais beaucoup ce livre. Sauf que ma version destinée aux enfants elle était très simplifiée. Et aussi très illustrée. J’étais donc curieuse de connaître l’œuvre dans son intégralité (et non illustrée).

Comme pour l’Iliade, il m’a fallu un petit temps d’adaptation car dans ma version les noms sont écrits en grec. Ainsi, Ulysse s’appelle Odysseus. Bon, étant donné que j’avais lu l’Iliade avant, je commençais à avoir l’habitude.

L’histoire, c’est donc celle d’Ulysse qui, après avoir survécu à la guerre de Troie (qui a bien eu lieu), décide de rentrer chez lui en Ithaque, où sa feme Penelope l’attend. Le hic, c’est que tout le monde n’est pas d’accord pour qu’il rentre (ou plutôt qu’il reste en vie). Le voyage de retour va donc prendre 10 ans.
Et pendant ces 10 ans, Ulysse et ses compagnons vont faire des rencontres plus ou moins étranges. Surtout plus.

Si l’Iliade m’avait beaucoup plu, j’ai été moins charmée par L’Odyssée. Les aventures d’Ulysse sont certes pleines de surprises, et l’on avance d’aventure en aventure avec plaisir.Le truc c’est que Ulysse lui-même m’a bien déçue. Jusqu’alors, je m’étais persuadée qu’il s’agissait d’un personnage fort, avec un sens de l’honneur, bref un bon guerrier grec quoi ! Et là, je découvre un homme vaniteux et qui ne cesse de geindre au-près de ses camarades de voyage. C’est peut-être stupide, mais ça m’a déçu.
J’ai trouvé également qu’il y avait beaucoup de répétitions dans les actions, voir dans les phrases même de l’auteur. Ce qui me donnait l’impression par moment de stagner dans l’histoire. Et moi je dis que quand tu entreprends un voyage pour retrouver femme et enfant, bah tu évites les redondances. Ou alors tu n’étonnes pas que ton voyage dure 10 ans. Au-delà de ça, je crois que la narration en chant a fini par me lasser. Je suis persuadée que j’aurai plus apprécié le récit s’il avait été écrit en prose.

J’ai été assez surprise par la fin de l’œuvre qui raconte ses retrouvailles avec sa femme, son chien… et sa nourrice. Si avant de lire l’Odyssée je savais quels monstres et créatures rencontre Ulysse, j’ignorais beaucoup de la fin de l’aventure, si ce n’est que c’est son chien qui le reconnait à son arrivée. Et j’avoue que je ne m’attendais pas à une telle déferlante de vengeance. Bon, ceci dit, on peut le comprendre, dans un sens.

En résumé, L’Odyssée n’a pas su me convaincre, j’ai trouvé que ça traînait trop en longueur par certains moments, et je n’ai pas accroché au personnage d’Ulysse.

Côté challenges

      

L’Iliade, Homère

Quand j’étais petite, j’avais une version abrégée et illustrée des deux fameuses œuvres d’Homère : L’Iliade et l’Odyssée. Une version très abrégée et surtout très illustrée. Cette histoire, je l’adorais, et j’ai du la lire au moins 200 fois. Et depuis, je n’avais encore jamais pris le temps de lire la version intégrale. Celle où y a beaucoup plus de texte et beaucoup moins d’image.
Du coup, j’ai eu envie de proposer une lecture commune via le site Livraddict. Aujourd’hui, je vous présente l’Iliade, dans un mois, ce sera au tour de l’Odyssée.

Synopsis

« Prélude
(Chant 1)
Chante, déesse, la colère d’Achille, le fils de Pelée ; détestable colère, qui aux Achéens valut des souffrances sans nombre et jeta en pâture à Hadès tant d’âmes fières de héros, tandis que de ces héros mêmes elle faisait la proie des chiens et de tous les oiseaux du ciel – pour l’achèvement du dessein de Zeus. Pars du jour où une querelle tout d’abord divisa le fils d’Atrée, protecteur de son peuple, et le divin Achille.

Mon avis

Avec un texte comme L’Iliade, la première difficulté consiste à choisir la traduction. Parce que depuis l’écriture de ce texte, il y en a eu des gens qui se sont essayés à le traduire dans toutes les langues. Dans un premier temps, j’avais envisagé d’emprunter celui qui serait disponible à la bibliothèque de ma ville. Puis finalement, j’ai opté pour la version Kindle gratuite proposée par Amazon, et ce pour deux raisons : J’avais l’intention de le lire dans le train en allant chez mes parents, ce qui serait donc moins encombrant qu’un livre papier. Et la lecture sur liseuse rentrerait parfaitement dans le challenge « passons au numérique ».
La version que j’ai lue est donc celle traduite par Charles-René-Marie Leconte de Lisle.

Une fois ce premier obstacle passé, j’ai pu me mettre à la lecture… où j’allais très rapidement me confronter à une deuxième difficulté : La traduction des noms. Car ici, Achille se nomme Akhilleus, Apollon se nomme Smintheus ou Phoibos, Briséis est appelée Hippodaméia, quant à Odysseus, il s’agit d’Ulysse. Bref, j’ai du plusieurs fois vérifier des noms qui m’étaient inconnus sur le net. La lecture ne fut donc pas très aisée.

L’Iliade, c’est donc l’histoire des derniers mois de la Guerre de Troie. Guerre qui dura tout de même une décénie et qui verra s’affronter les achéens et les troyens. Ajoutez à cela le fait que les divinités décident de s’en mêler, et vous comprendrez l’ampleur de l’évènement.

L’iliade est certes une lecture pas si aisée que ça, à cause de sa structure, mais également de sa taille, mais cela reste néanmoins une lecture passionnante. Et épique.
Car les hommes deviennent des héros. Les héros deviennent des demi-dieux, ce qui ne plait pas forcément aux divinités en place. Surtout si le dieu en question n’a pas soutenu le bon héros. Les Dieux ont tendance à prendre les hommes pour des pions sur un échiquier, mais ça, c’était sans compter sur le fait que parmis les hommes il y avait des héros qui n’avaient pas l’intention de se laisser faire.
Oui c’est vrai, parfois je me suis un peu perdue au milieu de tous ces noms de peuples, de héros, de  vaisseaux… mais cela n’enlève ne rien l’efficacité de ces descriptions, la beauté de ce texte. Pendant ma lecture, j’essayais de m’imaginer ce que pouvait donner ce texter raconter à l’oral. Et d’ailleurs, j’ai bien envie de tenter l’expérience, car je suis persuadée qu’écouter l’Iliade apporterait une dimension encore plus intense à ce récit que de le lire. Après tout, à l’origine il s’agit bien d’un texte transmis à l’oral, n’est-ce pas ?

L’Iliade, c’est une histoire de destin et de choix. Comme par exemple celui d’Achille qui va devoir décider s’il veut mourir en jeune héros ou bien vivre vieux et anonyme. C’est également une histoire de trahison, d’amour, d’amitié, de jalousie… comme le démontre le quatuor Priam, Pâris, Hector et Achille. Une histoire universelle, pourrait-on dire. Et c’est peut-être pour ça qu’aujourd’hui elle reste une œuvre si appréciée.

Pour ma part, j’ai lu l’œuvre en quatre jours (mais j’avais le temps, j’étais en vacances). Et ce n’était pas de trop, car l’Iliade est une œuvre avec laquelle il faut prendre son temps, pour s’approprier les noms, le style… C’est le genre de livre que j’ai envie d’ouvrir uniquement si je sais que j’ai du temps devant moi pour m’immiscer dans l’histoire, et pas un bouquin que je feuilletterais si j’ai 3 minutes à attendre chez le médecin.

Donc, même si la lecture n’est pas toujous évidente, j’ai aimé redécouvrir l’Iliade, et j’ai vraiment très envie d’essayer une version audio. En attendant, je vais lire L’Odyssée. Rendez-vous donc dans 1 mois pour un compte rendu.

 

Côté challenges