Archives de tags | Ewilan

La quête d’Ewilan. Tome 3

Après avoir lu avec plaisir les deux premiers tomes de la trilogie, c’est avec plaisir que je suis retournée accompagner Ewilan dans sa quête.

 

 

Synopsis

Il s’agissait d’un loup assez jeune, au torse puissant et aux crocs impressionnants. Assis sur ses pattes arrière, il les observait avec curiosité, sans une once de crainte. Camille marcha dans sa direction. Il ne lui prêta pas une attention particulière, mais, quand elle ne fut plus qu’à deux mètres de lui, il montra les dents et se mit à grogner. Elle s’immobilisa. Recule, lui ordonna Edwin à mi-voix. Sans tenir compte de ses paroles, Camille s’accroupit lentement, regardant le loup dans les yeux

 

 

Mon avis

Dans ce troisième tome, Ewilan et ses amis poursuivent leurs aventures. Et pas des moindres, puisqu’il s’agit d’aller délivrer les parents de celle-ci.Et bien sûr, ils vont rencontrer quelques obstacles, car tout le monde ne partage pas cette idée.

Si j’étais heureuse de retrouver le monde de Gwendalavir ainsi que la troupe aussi disparate qu’attachante, j’avoue que ce troisième volet m’a moins séduit que les précédants.

A présent, Camille commence sérieusement à prendre de l’assurance, et à s’affirmer face aux autres adultes. Me problème, c’est qu’à plusieurs reprises je me suis demandée si c’était de l’assurance ou bien une espèce d’orgueil qui dirigeait ses actes et sentiments. Car la demoiselle laisse poindre en elle une supériorité par rapport aux autres, on voit bien qu’elle s’en rend compte et d’ailleurs n’hésite pas à le faire savoir à quelques occasions. J’ai envie de dire que ce trait de caractère n’est pas rhébiditoire en soi, voir même s’avère intéressant. Plus intéressant que de conserver une gamine au caractère déférent et toujours plein de compassion. C’est juste que j’ai été un peu surprise au début.
Les autres personnages deviennent selon moi de plus en plus attachants. Dans ma chronique du premier tome, je disais que je trouvais ces personnages un peu trop stéréotypés. C’est toujours le cas dans ce troisième, mais dans une proportion moindre. Chacun a sa manière apporte sa contribution à la quête, et devient une place importante du puzzle qui se forme. Même si Salim reste un peu trop à mon goût le « rigolo de service », j’ai trouvé intéressante son évolution, et je suis contente de voir que dans ce troisième tome il prend plus de place que le « super pote un peu lourdeau mais rigolo ».
D’un point de vue général, les personnages me plaisent de plus en plus, et pour cette raison j’ai très envie de les revoir dans la prochaine trilogie de Pierre Bottero : Les mondes d’Ewilan.

Alors pourquoi ce tome m’a moins plus que les autres ? Et bien parce que j’ai trouvé que bien souvent les obstacles étaient franchis avec une facilité déconcertante. Si dans les précédents, j’ai tremblé lorsque le groupe se trouvait en difficulté, ici, j’ai eu à peine le temps de comprendre qu’ils étaient en danger qu’ils avaient déjà rétamé leurs adversaires. Et le fait de ne pas voir les héros douter, être mis à mal et voir leur situation mise en péril, bah moi je trouve ça frustrant. Non pas pas que je sois une sadique dans l’âme, mais bon, si c’est pour les voir franchir chaque difficulté les doigts dans le nez… où est l’intérêt ? Du coup, j’ai trouvé que ce troisième tome manquait de piquant par rapport aux deux autres et se complaisait un peu trop dans la facilité.
J’ai également été un peu frustrée par le passage sur l’île de Destin que j’ai trouvée très vite expédiée. Je m’attendais à en savoir plus sur ce lieu, et surtout à ce qu’ils rencontrent plus d’obstacles. Mais non. C’est limite s’ils n’ont pas effectué une promenade de santé.

En outre, il y a un autre point qui reste obscur pour moi : Le lien avec la légende de Merlin. J’avais bien sûr fait le rapprochement entre cette quête et la légende Arthurienne, notamment grâce à des noms communs ou alors très similaires, mais j’avoue que je n’ai pas compris en quoi les deux étaient liés. Peut-être aurais-je la réponse dans la prochaine trilogie ?

Malgré ces actions souvent trop faciles et attendues, j’ai passé un bon moment de lecture, et ce sera donc avec plaisir que je lirai la suite des aventures.

 

La quête d’Ewilan. Tome 2

Je mangerais bien une salade de champignons…
Si tu te demandes pourquoi je te parle de mes envies culinaires, il n’y a absolument aucune raison logique. Du moins, en apparence.

Après la très agréable découverte du premier tome  de La quête d’Ewilan, j’ai voulu continuer l’aventure avec la suite.

Synopsis

En Gwendalavir, Ewilan et Salim partent avec leurs compagnons aux abords des Frontières de Glace pour libérer les Sentinelles garantes de la paix. Ils repoussent en chemin les attaques de guerriers cochons, d’ogres et de mercenaires du Chaos, résolus avec les Ts’liches à tuer Ewilan, mais se découvrent un peuple allié : les Faëls. Salim se lit d’amitié avec une marchombre aux pouvoirs fascinants, tandis qu’Ewilan assoit son autorité et affermit son Don. Mais pour prétendre délivrer les Sentinelles, elle devra d’abord percer le secret de leur gardien

Mon avis

Voilà un livre qui se lit rapidement ! En une matinée de l’avais englouti. Et après le bon pavé qu’est La communauté de l’anneau, et une lecture de l’Odyssée, pas si épaisse que ça, mais que j’ai trouvé fastidieuse à lire, bah ça fait du bien d’avoir une lecture rapide.

Dans ce deuxième volet, nous retrouvons donc Camille, accompagnée de ses tous nouveaux. Et par la suite, elle va se faire de nouveaux amis, mais aussi des ennemis, elle va rencontrer des bêtes féroces, croiser le chemin de monstres qu’on aimerais pas les avoir en face de nous, elle va affronter bien des dangers, bref, Camille a une mission à mener à bien, et tout le monde ne l’entend pas de cet oreille. Surtout ses ennemis.

Dans un premier temps, j’étais ravie de retourner en Gwendalavir pour y retrouver ce monde fantastique, bien que tout de même pleins de dangers. J’ai pris plaisir à être de nouveau en compagnie de Camille, Salim, Ellana, Et les autres.
La quête tout juste commencée dans le tome précédent continue son cours, et dans un aspect général, je la trouve vraiment intéressante. Bon ok, le coup de la gamine qui va sauver le monde face à un méchant très méchant, ce n’est pas novateur dans la littérature de la Fantasy, mais c’est pas grave, ça me plait bien ! Pierre Bottéro privilégie largement l’action, ce qui donne du rythme à la lecture. De ce fait, j’ai trouvé qu’il laissé un peu trop de côté l’aspect géographique, et j’avoue avoir été un peu frustrée de ne pas en savoir plus sur les lieux traversés par les personnages.

Les personnages s’étoffent, ont apprend à mieux les connaître. J’ai particulièrement aimé Bjorn, que je trouve très attachant derrière ses allures de guerrier bourrin. En revanche, j’ai moins apprécié le fait que Salim soit trop souvent réduit à un rôle de fanfaron. Je pense qu’il mérite mieux.

La plume de Pierre Bottero est agréable, simple et fluide. Evidemment, on sent bien qu’il s’agit d’un roman jeunesse, et ce notamment à travers les actions qui s’avèrent finalement avoir toujours le même schéma : Tout est calme – y a danger – un des personnages frôle la mort – un autre le sauve.Ce schéma arrivant de manière presque cyclique, ce qui finalement enlève un peu de suspens.

Au final, même si j’ai émis quelques critiques négatives, j’ai apprécié cette lecture très divertissante, et ce sera donc avec plaisir que je lirai le troisième volet de cette saga.

Retrouvez les avis des autres participants à cette lecture commune

Dareel, Gilwen, Harmo20