Archives de tags | challenge

Challenge littéraire : A la découverte de l’Afrique

Si comme moi vous êtes un adepte des challenges littéraires, vous avez certainement remarqué que ceux axés autour d’un lieu géographique (pays, région, ville…) sont nombreux. Pour ma part, je participe aux challenges de l’Italie et de l’Inde.
Et puis un matin, j’ai réalisé qu’il n’existait pas de challenge pour la littérature africaine. Et honnêtement, j’avoue que jusqu’ici ça ne m’avait pas marqué car en matière de littérature africaine, bah je suis très ignorante.  Or, je me suis dit que justement, ce serait pas mal d’être un peu moins ignorante !
Alors, j’ai décidé de lancer ce challenge Illimité sur la littérature Africaine.

Le but est donc de lire des livres soit écrits pas des auteurs africains, soit se déroulant entièrement ou en partie en Afrique.
Tous les styles sont bien entendus acceptés.

Pour vous inscrire, il vous suffit, soit de me laisser un petit mot, soit dans les commentaires, soit sur le topic de Livraddict.
Ce challenge est en illimité et est rétroactif. Alors, n’hésitez pas à me faire part de vos billets déjà publiés 🙂
Je mettrai régulièrement vos liens à jour ici-même.

Et parce qu’un challenge sans logo n’est pas un vrai challenge, voici deux logos dont vous pouvez vous servir pour agrémenter vos articles. Si vous souhaitez en proposer un autre, c’est avec plaisir 😉

 Logo créé par Darkness Turns me on

Logo proposé par Ostinato

 Les participants

Anaterya
Qui a peur de la mort ? Nnedi Okorafor
Zoo city, Lauren Beukes

Céline72
Son billet de présentation
Cinq semaines en ballon, Jules Verne

Darkness Turns Me On

Inkofmylife

Léa
Son billet de présentation

M.Kate

Nelcie
Mali, ô Mali, Erik Orsenna
La malédiction d’Azazel, Youssef Ziedan
La pourpre et l’olivier, Gilbert Sinoué

Ostinato
Son billet de présentation
Le lion, de Joseph Kessel

Sharon
Le passé simple, Driss Chraïbi
Impossible de grandir, Fatou Diome
Tes yeux bleus occupent mon esprit, Djilali Bencheikh
Akimbo et les serpents, Alexander McCall Smith

Tes Yeux bleus occupent mon esprit, Djilali Bencheikh

Challenge Amérique du Sud

Voici un nouveau challenge proposé par Eimelle, et auquel je me suis inscrite.
Il s’agit du challenge Amérique du Sud

Le but :  lister nos coups de cœur littéraires d’œuvres se déroulant dans ces pays ou par des écrivains originaires de cette région.

 

Je vous invite à cliquer directement sur le logo ci-dessus afin d’accéder à la page du challenge et ainsi retrouver tous les billets des participants à ce challenge.

Pour ma part, je listerai mes avis ici même au fur et à mesure de mes lectures.

Le vieux qui lisait des romans d’amour. Luis Sepùlveda.
Journal de la chute. Michel Laub

A l’est d’Eden. John Steinbeck

Il y a quelques années de cela, j’ai vu A l’est d’Eden,  très beau film d’Elia Kazan, avec James Dean dans un des rôles principaux. J’ai aimé le film, il fallait donc que je lise le roman dont il était tiré.

Synopsis

Dans cette grande fresque, les personnages représentent le bien et le mal avec leurs rapports complexes. Adam, épris de calme. Charles, son demi-frère, dur et violent, Cathy, la femme d’Adam, un monstre camouflé derrière sa beauté, ses enfants les jumeaux Caleb et Aaron. En suivant de génération en génération les familles Trask et Hamilton, l’auteur nous raconte l’histoire de son pays, la vallée de la Salinas, en Californie du Nord.

Mon avis

700 pages de pur bonheur. Voilà ce que je me suis pris avec ce roman. Quoique… bonheur n’est peut-être pas le mot adéquat pour définir cette histoire, car là-dedans, tout n’est pas rose. En fait, le rose est même très rare. Une chose est sûre : j’ai adoré !

Dans ce roman, on va donc suivre les familles Trask et Hamilton à travers plusieurs générations. Mais finalement, c’est surtout la vie d’Adam Trask qui nous est racontée, depuis avant sa naissance jusqu’à la fin et même après. Contrairement au film où l’on ne le voit qu’adulte, j’ai aimé découvrir ce qu’a été son enfance et sa jeunesse, j’ai apprécié en savoir plus sur sa relation avec son frère, ses parents. A n’en pas douter, John Steinbeck nous offre ici une formidable saga familiale, riche en émotion, pleine de surprises (pas forcément très bonnes), où chaque personnage tient un rôle important qui risque de faire basculer le destin de chacun. Chacun voit son portrait brossé par l’auteur de manière très convaincante, que ce soit le portrait physique que l’aspect psychologique du personnage. Mais il faut aussi souligner avec quel brio il met en exergue les relations que peuvent entretenir les personnages entre eux. Que ce soit Adam avec Cathy, Cal avec Abra ou encore Samuel avec Adam, on sent à travers ces relations que l’auteur a voulu faire transparaître toute l’humanité de ces êtres, y compris leurs aspects les plus inhumains. Parmi les thèmes présents dans ce livre, les rapports humains tiennent une part très importante.

Mais ce n’est pas le seul, car John Steinbeck attache également une grande importance sur les lieux. En effet, l’histoire se déroule en Californie, et plus précisément à Salinas, ville où a vécu l’écrivain. Il y évoque ce tiraillement que l’on peut ressentir à vouloir découvrir le monde tout en rechignant à laisser ses racines derrière soi. A travers les générations de Trask et d’Hamilton, c’est aussi l’évolution et la transformation de Salinas qui s’opère sous nos yeux. Un monde rural, rocailleux, dur, qui laisse la place peu à peu à une industrialisation plus moderne, un mode de vie bien différent.

A l’Est d’Eden n’est pas ce qu’on pourrait appeler un roman joyeux. Les évènements qui y sont décrits sont bien souvent très durs. Les personnages sont souvent confrontés à des choix difficiles, où ils devront choisir entre le moins pire d’entre eux. Et pourtant, ce roman n’est pas triste, l’auteur ne nous livre pas une histoire larmoyante, juste une histoire pleine de sobriété, avec ses difficultés, ses aléas… Résultat : Si on ne sort pas de cette histoire avec un grand sourire aux lèvres, on n’en sort pas non plus déprimé.

Enfin, il s’agit d’un roman qui amène pas mal de pistes de réflexion. Sur les relations humaines, comme je l’ai dit plus haut, mais également sur les choix qui nous guident tout au long de notre existence. Car c’est bien cette opposition entre le bien et le mal qui anime chaque personnage de ce roman, et si l’ont perçoit rapidement chez certains de quel côté ils se trouvent, les autres se trouvent en revanche très souvent sur la corde raide, prêts à basculer d’un côté ou de l’autre. L’auteur tient à démontrer ici à quel point il peut être facile de passer d’un côté à l’autre.

Vous l’avez compris, j’ai beaucoup aimé ce roman, et je ne peux que vous le conseiller. Pour son histoire, sa narration, et pour les thèmes abordés.

Côté challenge

Retrouvez les avis des autres participants à cette Lecture Commune
Dareel
AnGee Ersatz
Frankie
Aurélie91

Challenge littéraire « Seconde Guerre Mondiale »

Oui, encore un challenge ! Et là, vous vous dites que « mandieu elle est folle cette fille ! ». Rassurez-vous, je n’ai pas l’intention de lire 600 livres dans l’année afin d’exploser les statistiques de tous ces challenges. Ouais, entre deux lectures j’ai l’intention de continuer à manger, dormir, aller au ciné, et même travailler !
En fait, si j’ai décidé de me mettre aux challenges, c’est parce qu’après réflexion, je me suis dit que ça pouvait être super sympa d’organiser les catégories littéraires de mon blog sous forme de challenge. Plutôt que de thématiser : Roman historique, thriller, fantasy…. Et bien j’ai eu envie de l’organiser autour des challenges. Et c’est d’ailleurs pour cela que j’ai privilégié des challenges illimités ou longue durée plutôt que des éphémères.

Donc, revenons à ce challenge-ci.

 

Ce challenge est mis en place par Ostinato

 

Le principe

Le but de ce challenge est de lire un maximum de livres autour de la Seconde Guerre Mondiale. Tous les genres littéraires sont acceptés (romans, nouvelles, BD, poésies, témoignages, (auto)biographies, journaux intimes…) tant qu’ils rentrent dans le thème !

– Tous les aspects du conflit peuvent être représentés (le conflit en Europe, la lutte américano-japonaise dans le Pacifique, les batailles d’afrique du Nord, la Shoah…).

– Le challenge est bien évidement illimité dans le temps.

Vous trouverez ci-dessous mes billets. Si ce challenge vous intéresse, ou pour découvrir les articles des autres participants, je vous invite à aller faire un tour sur le blog d’Ostinato

HHhH, Laurent Binet
La mort est mon métier, Robert Merle
La part de l’autre, Eric-Emmanuel Schmitt
Le pianiste, Wladyslaw Szpilman
Si c’est un homme, Primo Levi