Archives de tags | Carole martinez

Le coeur cousu. Carole Martinez

Pour la nouvelle édition du challenge Livra’deux pour pal’addict, je me suis inscrite avec Morgaxia. La miss m’avait choisi trois livres : La horde du contrevent, d’Alain Damasio ; Le livre des choses perdues, de Connolly ; et Le cœur cousu, de Carole Martinez.
J’ai choisi de lire le troisième.

 

 

Synopsis

Dans un village du sud de l’Espagne, une lignée de femmes se transmet depuis la nuit des temps une boîte mystérieuse…
Frasquita y découvre des fils et des aiguilles et s’initie à la couture. Elle sublime les chiffons, coud les êtres ensemble, reprise les hommes effilochés. Mais ce talent lui donne vite une réputation de magicienne, ou de sorcière. Jouée et perdue par son mari lors d’un combat de coqs, elle est condamnée à l’errance à travers une Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang. Elle traîne avec elle sa caravane d’enfants, eux aussi pourvus – ou accablés – de dons surnaturels.
Carole Martinez construit son roman en forme de conte: les scènes, cruelles ou cocasses, témoignent du bonheur d’imaginer. Le merveilleux ici n’est jamais forcé: il s’inscrit naturellement dans le cycle de la vie.

 

Mon avis

Magique et envoûtant sont les deux mots qui pourraient le mieux qualifier ce roman.

Ce livre, c’est l’histoire de Frasquita, une andalouse munie d’un don particulier : savoir sublimer et rendre vivants ses travaux de couture. C’est aussi l’histoire de sa famille, des ses filles et de son fils, dont chacun possède un don également. Et si vous vous imaginez qu’avoir un don est synonyme de bénédiction, vous faites fausse route. Car le don intrigue, rend curieux, mais fait peur ! Le mari de Frasquita va d’ailleurs basculer dans une folie qui poussera Frasquita et ses enfants à partir vers l’Afrique du Nord.
Cette fresque familiale nous est racontée par Soledad, une des filles de Frasquita. Et si cette dernière reste le personnage principal, la narratrice nous conte l’histoire sur plusieurs générations, les imbriquant les unes aux autres de manière vraiment agréable. J’ai beaucoup aimé la façon dont elle lie chaque parcelle d’histoire, chaque personnage aux autres.

Le cœur cousu, c’est aussi un merveilleux conte alliant légendes, traditions, croyances… Car en plus d’y croiser des filles aux dons particuliers, on y croise un ogre, on rencontre un guerrier révolutionnaire, on découvre des traditions religieuses.. C’est un mélange de merveilleux et de réel qui nous est raconté. Mais là où la magie opère, c’est dans le fait que ce merveilleux se fond totalement dans la vie traditionnelle de cette Andalousie, faisant fi des frontières entre la légende, le mythe, la tradition, l’histoire…

Le cœur cousu, un roman envoûtant par son écriture. Dès les premières pages, j’ai aimé la narration et me suis laissée bercer par les mots. Surtout dans la première partie du livre, qui je dois l’avouer, m’a plus charmée que la seconde. L’écriture se fait tour à tour douce et poétique, tranchante et révoltante, magique, triste, ironique… mais elle est toujours juste et appropriée. Carole Martinez sait nous raconter son histoire, et moi, j’ai juste envie de l’écouter. La dernière page terminée, j’ai eu envie qu’elle me raconte une autre histoire.
Alors, merci Morgaxia d’avoir sorti ce livre de ma pal, parce que j’ai pris un énorme plaisir à lire cette histoire !