Archives de tags | balade

Voyage dans le métro de Moscou

Si vous envisagez de faire un séjour à Moscou, tous les guides vous conseilleront d’aller visiter le Métro de Moscou. Ça fait partie des incontournables. Et pour cause : Il s’agit d’un des plus beaux métros du monde.
 

61322287

 

Quelques chiffres et données historiques

Je vais faire court, histoire de ne pas vous bassiner inutilement.
La première ligne a été inaugurée le 14 mai 1935.
En 1941 le métro a deux fonctions : transporter les gens, et les abriter durant les alertes aériennes.
En 1947 le métro est récompensé de l’ordre de Lénine pour son organisation modèle du travail, pour le transport de la population et la maîtrise des techniques mises en œuvre.
Quotidiennement, il transporte plus de 7 Millions de personnes. (Celui de Paris en transporte 4.5 Millions).
Le métro de Moscou est l’un des plus profond au monde. Il détient d’ailleurs le record avec une station enfouie à 90m sous-terre.

 

J’ai visité pour vous

C’est à l’occasion d’une croisière Saint-Petersbourg Mouscou que j’ai eu l’occasion de visiter le métro moscovite. J’ai alors eu droit à une visite guidée.

Me voilà donc partie avec le groupe et le guide à la découverte du Métro. Durant le trajet en car pour rejoindre la station, la guide nous a fait un petit topo historio-politico-écono-touristique du Métro. En gros, ce que j’ai écrit juste au-dessus mais un peu plus développé, sauf que je me souviens plus vraiment du « développé ».

Nous voici arrivés à notre station de départ : Beloruskayia

61322094
Là notre guide nous dit de faire très attention en empruntant l’escalator, car ceux de Moscou sont particulièrement rapides. Alors comme j’écoute ce qu’on me dit (oui, oui ça m’arrive!) j’accède prudemment à la première marche et… bah rien parce que franchement j’ai pas vu la différence de vitesse d’avec n’importe quel escalator.
Et on descend, on descend. Et même qu’on se dit que quand l’escalator il est en panne ça doit être bien galère, parce que mandieu que c’est profond !! D’ailleurs, pour pallier à tout problème escalatorien, on trouve un employé au pied de chaque escalator, afin de pouvoir remédier le plus vite possible à tout problème. Employés, majoritairement des femmes, qui, pour la plupart, dépassent allègrement les 65, voir 70 ans.

Enfin on arrive au cœur de la station.
Et là je vous assure que ça claque !! On m’avait dit que c’était le plus beau Métro du monde, et bien je le crois volontiers.
Des tableaux de peinture ornent les plafonds, toutes plus belles les unes que les autres.

 

61322208
Et ce qui est encore plus intéressant, c’est que chaque station de Métro est décorée différemment, et chacune vaut le coup d’œil.
Dans l’une les murs sont recouverts de marbrure ou dorure, tandis que la station vous présentera une collections de statues de bronze.
Bien sûr on n’a pas visité les 162 stations avec la guide, mais seulement les plus belles. Mais par la suite j’ai repris le métro toute seule (enfin avec ma sœur et mes parents) et donc j’ai pu en découvrir un certain nombre. Et vraiment, elles méritent toutes qu’on y jette un coup d’œil. Même les plus anodines présentent un certain charme.
Bref, c’est un véritable musée sous-terrain.

Bon ok c’est beau, c’est magnifique, sublime… Mais il faut noter que la plupart des stations datent de l’époque Stalinienne… Et donc ont été décorées selon le mode… Stalinien.
En conséquence, les bas-reliefs ont tous un je-ne-sais-quoi de communiste, les statues représentent la gloire des travailleurs. Il y’a d’ailleurs une station de métro entièrement dédiée à la jeunesse communiste ayant participé à la Révolution d’Octobre 1917. Une autre station est entièrement décorée sur le thème « une journée dans le pays de Socialisme ».

 

61322394

 

M’enfin, communisme, socialisme ou pas, le métro reste le plus beau du monde.
Après avoir admiré la première station. Nous testons le métro lui-même. La rame quoi !
Première impression, fait vachement chaud là-dedans
Avant de monter, la guide nous avait dit que le métro était très rapide et démarrait assez brusquement. En gros, il passe de 0 à 90km/h en moins de 2 secondes. Donc, autant bien se tenir avant le départ, au risque de se retrouver assis sur les genoux de quelqu’un… C’est aussi un moyen comme un autre de faire connaissance, c’est vrai.
Sinon, les rames n’ont rien d’exceptionnelles. Elles font vieilles, elles grincent au point de ne pas pouvoir envisager une conversation normale quand elles roulent, mais elles vont vite.

 

 

Les touristes se font-ils toujours arnaquer ?

Si je suis très heureuse d’avoir pu visiter cette œuvre d’art qu’est le métro moscovite, en revanche j’ai été assez déçue de la prestation de notre guide.
Sachant, qu’un ticket de métro coûte moins d’1€ et que là j’avais payé 20€ pour cette visite, [En fait la visite était couplée avec une excursion nocturne sur la Place Rouge, proposée à 10€ toute seule. Ce qui revient à dire que la visite du métro était proposée au prix de 10€]. Bref, tout ça pour dire qu’ayant déboursé 10€ pour cette visite, je m’attendais à avoir plus qu’une simple balade dans les couloirs du métro. Je m’attendais par exemple à ce qu’on aille au musée du métro de Moscou, puisque c’était le thème de la visite. Que nenni ! Bien sûr, on a bien eu droit à quelques explications sur l’histoire de métro, mais j’avoue être restée sur ma faim. Nous n’avons eu que très peu d’informations et de critiques sur l’architecture et les décorations.
Enfin si, je suis mauvaise langue quand je dis qu’on n’a pas eu d’infos sur les décorations. La preuve : Un moment la guide s’arrête devant une fresque et nous dit : « Cela représente l’époque communiste ». Je vous laisse regarder la photo pour juger de ses dires…

 

61321952
La guide a passé plus de temps à faire flipper tout le monde en nous rabâchant que y’avait des voleurs et qu’il fallait faire attention à ses affaires plutôt que de nous faire découvrir les beautés du métro. A ce propos, sachez qu’il n’y a pas plus de voleurs que dans n’importe quel métro du monde. Il y’a des pickpockets comme dans tout lieu très fréquenté, c’est tout.
En résumé, j’ai eu l’intime conviction de m’être fait arnaquer.
Par la suite, j’ai donc demandé à quelques personnes qui avaient été à Moscou si elles avaient eu la même impression que moi. Et bien oui ! Elles aussi ont trouvé que la visite n’était pas à la hauteur de leurs espérances
Cela m’amène à penser qu’il vaut mieux visiter par soi-même, ce qui fera économiser quelques deniers.

 

Bilan

Si vous allez à Moscou, souvenez-vous qu’il y a deux choses que vous ne pouvez manquer sous aucun prétexte :
• La Place Rouge (dont je vais vous parler très bientôt)
• Le Métro

61322018

L’île d’Yeu, un petit paradis au large de l’Atlantique

L’ Île d’Yeu, un petit coin de paradis au large de la côte atlantique.

L’ Île d’Yeu est plus la septentrional des îles françaises de l’Atlantique, située à 14 Km du continent. Elle se trouve au large de la Vendée.
Pour la rejoindre il faut prendre le bateau au départ de Fromentine en Vendée. Il faut compter 1h15 de trajet environ. Trajet qui me semble plus ou moins long selon l’état de la mer, et la force du vent.

 

Une fois arrivés sur l’île, à Port Joinville, vous pouvez vous rendre dans un des nombreux magasins de location de bicyclettes. Sa petite taille (23km² : 10km² de longueur et de 4 Km² de vaste) lui permet d’être visité en bicyclette ou à pied. Vous pouvez aussi louer une voiture ou apporter la vôtre du continent, mais dans ce cas expliquez moi l’intérêt d’une voiture sur une île de 4Km sur 10 Km… Donc, dans la mesure du possible évitez ce moyen de locomotion. La nature vous en remerciera ! Il existe beaucoup de chemins balisés pour les parcours en bicyclette. Afin de préserver l’intégrité du paysage, ces signaux sont tracés directement sur la pierre ou par terre. Cependant, s’éloigner de ces directions n’est pas un drame, et permet, au contraire de faire des découvertes intéressantes et de profiter d’un panorama intéressant.

 

P1010569

 

C’est parti pour une belle visite.

L’ Île d’Yeu offre des paysages splendides, et les villages typiques, avec leurs maisons blanches et volets bleus valent le détour. On peut y voir des monuments mégalithiques (dolmens, menhir) qui témoignent la présence humaine au néolithique. Les plages, au du Nord-Est, ont conservé un caractère assez sauvage. Ici, pas de grands immeubles faisant face à la mer. Cette place est assez exposée au vent, et l’hiver la mer est assez agitée.

Se promener à pied ou à vélo sur l’Île d’Yeu est un pur bonheur. Personnellement, je ne me lasse pas de parcourir ce petit bijou. D’ailleurs je préfère me promener à pied plutôt qu’à vélo car cela permet d’aller dans plus d’endroits. Certes en vélo on peut parcourir plus de distance, mais des bus permettent de se rendre d’un point à un autre au prix de 1€ par trajet.

 

P1010575

 

Quelques exemples de balades. 

Quand vous arrivez à Port Joinville, au nord de l’île, prenez le bus jusqu’à la Meule, au sud puis rejoignez à pied la plage de Vieilles, située à l’est, où vous pourrez vous baigner.
Vous commencerez par faire un petit tour au « village de la Meule », un des plus ancien village de l’île. Vous descendrez vers le « port de la Meule » en empruntant une des ruelles du village, bordée de maisons blanches. Le port de la meule est un petit bijou de la côte sauvage. Vous pourrez admirer ses couleurs qui lui confèrent un charme indéniable. C’est sans doute l’endroit qui attire le plus de touristes, alors l’été n’espérez pas vous retrouver seuls face à la mer.
Au fil de la promenade, vous ne manquerez pas un arrêt devant la « Pierre tremblante », ce mégalithe de 7 mètres de long. La vue y est magnifique. D’ailleurs la vue est superbe de partout ! Vous pourrez aussi faire un arrêt à la « anse des Soux, non pas parce que des sous y sont cachés, mais parce que c’est un des endroit de l’île où l’eau y est des plus belles. Cet endroit n’est accessible qu’à pied, donc si vous avez des vélos il vous faudra les laisser un peu plus loin. C’est un des lieux que j’affectionne particulièrement. Par contre, il faut savoir que si la mer est agréable à regarder, la baignade n’y est en revanche pas conseillée, surtout pour les jeunes enfants. De nombreux rochers bordent la plage. Vous pourrez donc admirer l’océan tout en pique-niquant près du menhir du « pain et du beurre ».

P1010581

 

Après avoir profité de la baignade à la « plage des vieilles », vous pouvez reprendre le bus jusqu’à Saint Sauveur.
Vous déambulerez dans les ruelles étroites, bordées de maisons type poitevin, du bourg de Saint sauveur. Ce bourg était autrefois la capitale de l’Île.
Vous ne manquerez pas de visiter « l’Eglise de Saint Sauveur. ». Cette église en granit gris, qui prédomine la petite ville, appartient à cette floraison de constructions religieuses issues des grands mouvements spirituels qui suivit l’an Mil. Elle est, depuis 1906, classée à l’inventaire des monuments historiques.

 

st sauveur

 

Ensuite vous rejoindrez Port Joinville à pied ou en bus, selon vos envies.
Port Joinville est la capitale de l’Île. C’est d’ici que partent et arrivent les bateaux du continent. Vous pourrez flâner devant les magasins qui bordent les ruelles, ou bien faire une pause dans un café.
Puis vous irez vous promener dans ses rues pour rejoindre l’église Notre Dame du Port, construite de 1827 à 1829 puis agrandie en 1887. Vous remarquerez son clocher surmonté d’un campanile à bulbe, qui lui donne un air oriental. A l’intérieur de l’église se trouve un orgue monumental de 1500 tuyaux exécutés en 1996.  Personnellement je n’ai pas encore pris le temps de rentrer dans cette église.
Une fois la visite de l’église terminée, vous redescendrez vers le port par la rue Guist’Hau. Cette rue porte le nom d’un ancien ministre de la IIIème République et maire de Nantes. Puis vous emprunterez une de cezs rues au nom peu communs, tels que « rue de la fourchette », « rue du coin du chat » ou encore « rue du secret ».
Vous continuerez votre promenade jusqu’au port. Ici, l’activité de la pêche y est primordiale, et particulièrement la pêche au thon.

 

P1010586

 

A partir de Port Joinville vous avez aussi la possibilité de vous diriger vers la « Pointe des Corbeaux » en longeant la côte est de l’Île, appelée aussi « côte de lumière ». Vous pourrez vous baigner sur une des nombreuses plages qui bordent la côte. Ou bien marcher à l’ombre des conifères et autres espèces protégées.

Durant la saison estivale, les touristes sont assez nombreux, surtout de ce côté là de l’île. Cependant, même s’il y a du monde, je n’ai jamais eu l’impression de foule compacte sur les plages ou dans les rues, comme c’est le cas sur le continent, à Saint-Jean-de-Monts ou aux Sables d’Olonnes par exemple. Sur l’île d’Yeu cela reste tout à fait supportable. On regrettera simplement ces quelques touristes qui n’ont jamais entendu parler de cette formidable invention qu’est la poubelle, et qui par conséquent laissent canettes, bouteilles, papiers divers dans leurs sillages.

 

P1010575

 

Ainsi, vous irez jusqu’à la « pointe des corbeaux » située à l’extrême sud-est de l’île. Ici se dresse le « Phare des corbeaux », mis en service en 1868 mais détruit durant la seconde Guerre Mondiale puis reconstruit dans les années 50. L’endroit est particulièrement exposé au vent. Ce n’est pas l’endroit idéal pour pique-niquer ou faire une pose lecture.
Pour la petite histoire, la Pointe des Corbeaux tiendrait son nom d’une légende racontant qu’autrefois deux corbeaux blancs régnaient sur l’île et rendaient la justice en départageant les plaignants.

Si vous préférez les côtes sauvages aux grandes plages de sable fin, il faudra vous rendre sur la côte Nord-ouest de l’île.
Vous partirez de la « Pointe de la Gournaise » où se trouve le dolmen du « petit farfadet », monument mégalithe. Vous vous dirigerez vers la pointe du But en vous arrêtant au dolmen de la « Planche à Puare », autre monument mégalithe de l’île.
Quand vous êtes à la Pointe du But, regarder vers la mer. Vous apercevrez ce petit bout de terre qui semble dériver. C’est le phare des « chiens-Perrins »
Puis vous continuerez vers le sud en longeant la côte sauvage. Vous irez jusqu’à la presqu’île du « Châtelet » en passant par la plage des « Sabias ». La presqu’île du Châtelet est le plus long promontoire de l’île. Il aurait servi de retranchement aux armées de César venues sur l’île au 1er siècle avant J.C.
Vous pourrez admirer la mer qui vient fouetter les rochers en y laissant son écume. L’hiver le vent y est assez fort, en revanche pendant l’été le vent y est moindre. Prévoyez chapeaux et crèmes solaires pour l’été car ce côté là de l’île est très peu arboré, et le léger vent permanent qui donne cette sensation de fraîcheur peut vite devenir traître.

 

P1010599

Vous ne pouvez pas aller sur une des plages à cause de la pluie ? Ce n’est pas grave ! Profitez-en pour visiter le « Musée de la pêche » à Port Joinville. Vous saurez tout sur les traditions de la pêche à l’île d’yeu et pourrez admirez les expositions des maquettes de bateaux.
S’il pleut toujours, ou simplement si le cœur vous en dit, vous pourrez ensuite vous rendre au « Musée Historial » pour en savoir plus sur l’Histoire de l’île. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller dans ses musées parce que chaque fois que je viens sur l’île il fait beau et je préfère donc en profiter pour marcher ou faire du vélo. Et puis c’est aussi une bonne raison pour retourner là-bas, hein ?

L’île d’Yeu regorge d’autres sites tout aussi intéressants à découvrir, tels que le « grand phare » ou le « moulin du grand chemin ».
Et oui, même si l’île est petite, une journée ne suffit pas à tout voir.

Je fais partie de ces « touristes d’un jour » qui viennent passer une journée sur l’île. Chaque fois je choisis un endroit vers lequel je me ballade, le plus souvent à pied, parfois en vélo.
Bien sûr, rien ne vous empêche de passer plusieurs jours sur place. Vous trouverez à votre convenance un camping, des hôtels, locations ou chambres d’hôtes. D’ailleurs j’ai bien l’intention une fois de dormir sur place afin de pouvoir profiter de l’île à la tombée du jour. Il paraît que le coucher de soleil y est magnifique.

 

Eglise_Notre-Dame_de_Port-Joinville
Pour les petites et grandes faims, de nombreux choix s’offrent à vous. Vous pouvez aller dans un des supermarchés pour acheter de quoi pique-niquer, ou bien faire une pause dans une des nombreux restaurants présents sur l’île. Crêperie, brasserie, restaurant de fruits de mer… le choix est divers et varié et les prix ne sont pas trop excessifs. Personnellement je viens sur l’île d’Yeu avec mon pique-nique. Ça m’évite de perdre du temps au supermarché en arrivant là-bas.

Aller sur l’île d’Yeu est toujours un immense bonheur pour moi.
Parce que là-bas la nature y a encore ses droits. Parce que même si en saison estivale les touristes sont nombreux, on y trouve quand-même une impression de calme et de tranquillité. L’île d’Yeu semble défier le temps. Quel plaisir de marcher le long de la côte sans la vision « d’immeubles à touristes » qui défigurent les paysages du continent !
Bien sûr, ces dernières années on a pu voir des changements dans l’île et notamment quelques hôtels pour attirer les touristes. Mais ceux-ci ne dépareillent absolument pas du paysage.
Avant, seuls les habitants pouvaient circuler en voiture. Maintenant les touristes peuvent en louer. Dommage que tant de personnes se laissent tenter par ce moyen de déplacement. Ils ne savent pas ce qu’ils ratent en ne prenant pas le temps de flâner dans les ruelles des villages ou le long des côtes. Et puis au prix de 1€ le trajet en bus, si vraiment on n’aime pas marcher, pourquoi se priver ?

 

P1010607