Visite d’Abu Simbel

En 2008, j’ai eu la chance de faire une croisière de 15 jours en Egypte, et j’en suis revenue des souvenirs plein la tête.
Parmi les sites visités, Abu Simbel est sans conteste celui qui m’a le plus marquée.

DSC_0511

 

Aller à Abu Simbel

On vous dira certainement que le moment le plus propice pour visiter ce temple est au lever du soleil. Hélas pour nous, cela ne fut pas possible. En effet, le matin nous étions encore à l’hôtel à Assouan, soit à 3 heures de route. Il faut savoir qu’on ne peut y accéder qu’en convoi spécial (depuis l’attentat qui a eu lieu à cet endroit), or les convois partaient soit à 6h, soit à 10h. Dans les deux cas, on ne verrait pas le temple au lever du jour. On a donc choisi l’option grâce mat…
La route… c’est le désert pendant 3h. Avec un peu de chance on peut même observer quelques mirages.

Enfin, arrivée sur le site. Installation sur le bateau qui nous emmènera pour une mini croisière sur le lac Nasser.

 

Un aperçu du lac Nasser

Un aperçu du lac Nasser

 

 

Une petite visite virtuelle ?

Nous prévoyons de visiter le temple en fin d’après midi, à partir de 17h. Les guides n’ayant pas le droit de faire les explications à l’intérieur même du temple, le notre nous a fait son commentaire à partir d’un CD-ROM. Cela nous a bien aidé pour comprendre. A noter également qu’il a pu le faire car nous étions un tout petit groupe de… deux personnes. Ma sœur et moi-même. J’avoue, ce fut une terrible aubaine pour nous et bien avantageux pour bénéficier des explications dans les différents monuments.

Une chance aussi pour notre guide, puisque nous ayant donné les explications essentielles, il pouvait nous laisser y aller seules. Le bateau étant amarré tout près du site, cela ne fut pas un problème pour nous, et nous avons pu y rester le temps que nous voulions. Et autant dire que nous en avons bien profité, puisque nous sommes restées jusqu’à environ 19h30. Ainsi, nous avons pu profiter du fait qu’il n’y avait pas trop de touristes, ceux-ci préférant la visite matinale. La température était tout à fait supportable car le soleil étant derrière la montagne, il projetait l’ombre du temple vers nous, ce qui nous évitait de nous retrouver en plein soleil.

Avant de vous parler de la vraie visite, je vous fais un bref topo sur l’historique d’Abu Simbel

 

DSC_0444

 

 

Il était une fois…

Un pharaon qui s’appelait Ramsès II. Il était vachement mégalo comme gars et il avait un peu la folie des grandeurs. En gros, il se la pétait !
Un jour, il décide de construire… pardon, de faire construire un temple à la gloire de son humble personne, et à la gloire des Dieux Amon, Ptah et Râ. Ce temple laisserait une trace du Pharaon pour l’éternité. Le temple avait aussi pour but de faire peur aux nubiens, peuple qui n’était pas chaud pour se plier aux quatre volontés de la haute Egypte.

Mais Ramsès II, derrière ses excès de mégalo, était un homme sensible. Il décida donc de faire bâtir un temple à la gloire de son épouse Néfertari. Plus petit le temple, bien sûr ! faut pas charrier…
Et pourtant
C’était il y a longtemps. Environ 1300-1200 av JC.

Les siècles passent… et nous voici arrivés dans les années 1960.
Un certain Nasser décide de créer un lac, et de faire un barrage à Assouan afin de produire de l’électricité.
Mais hélas, des monuments millénaires risquent de disparaître à jamais au fond de ce lac. Abu Simbel en fait partie. Vite, il faut sauver le temple. Un projet est donc créé : Sauvez Ramsès !

Et c’est pierre, par pierre que des milliers de personnes vont reconstruire le temple à l’identique quelques dizaines de mètres plus haut que leur emplacement d’origine. C’est ainsi qu’on évita la célèbre phrase : Du fond de ce lac, 30 siècles vous contemplent.

 

DSC_0459

 

 

C’est parti pour la visite !

Nous passons les portillons de sécurité, puis accédons au temple.

Enfin, nous voici devant ce majestueux monument. Les quatre statues de Ramsès II nous accueillent. Ou plutôt les 3 statues et demi, puisqu’il y’en a une qui est cassée.
Des gardiens de 20 m de haut, autant dire que ça fait son effet… Au pied des colosses, sont représentés son épouse Néfertari, sa mère, et ses enfants. Les 22 babouins situés au-dessus de sa tête représentent les 22 Régions de la haute et basse Egypte à l’époque.
Juste au-dessus de l’entrée du temple, on peut voir la statue de Râ-Horakhty (pendant 2 semaines j’ai essayé de prononcé son nom avec l’accent… j’ai jamais réussi !)

Celui dont je ne peux prononcer le nom

Celui dont je ne peux prononcer le nom


Nous pénétrons à l’intérieur du temple par le pronaos. Il y a du monde, mais cela reste tout à fait supportable. Nous pouvons admirer l’œuvre sans être sans cesse gênées par des groupes de touristes en furie.

 

 

Que peut-on voir dans ce pronaos ?
Huit piliers Osiriaques (comprenez à la gloire d’Osiris) représentés avec la tête de Ramsès II.
Une gigantesque et magnifique fresque représentant la bataille de Qadesh. Bataille qui opposa les égyptiens aux hittites. Ramsès a gagné, et il veut le faire savoir ! On retrouve d’ailleurs des fresques représentant cette bataille sur les temples de Louxor et Karnak, ainsi que sur le Ramesseum. Malgré la pénombre qui règne à l’intérieur, on admire sans problème les détails qui ornent cette scène. Les couleurs sont relativement bien conservées.
D’autres fresques représentent le pharaon et son épouse faisant des offrandes aux Dieux.
La salle regorge d’autres statues, fresques, sculptures représentant les Dieux et le Pharaon… ou plutôt devrait-on dire les Dieux, Dont le Pharaon. Je vous ai dit qu’il était un brin mégalo ?

 

DSC_0453

 

Nous accédons ensuite au Vestibule, ou seconde salle hypostyle. Elle est plus petite que le pronaos mais non dénuée d’intérêt. Je ne vais pas vous faire la liste de tout ce qu’on peut voir, juste vous dire qu’on y trouve une représentation de la barque d’Amon. En effet, les égyptiens pensaient que le soleil décrivait sa course de jour dans une barque et en empruntait une autre pour parcourir les enfers la nuit et ainsi réapparaissait chaque jour à l’est.
Outre la barque sacrée, on peut également « admirer » des inscriptions beaucoup plus récentes, certainement fin du 20ème, début du 21ème siècle. Ce sont les gravures de la  »’Connerie Sacrée »’. Ouais, on s’en tape que la famille Duraton soit venue visiter le temple !

Enfin, nous nous trouvons devant le sanctuaire. A l’intérieur se trouvent quatre statues représentant Ptah, Amon-Râ, Ramsès II et Râ-Horakhty (que je n’arrive toujours pas à prononcer correctement).
Et là, réside une chose tout à fait ingénieuse puisque le temple a été construit de telle manière que deux fois l’an, le 21 février, date de l’anniversaire de Ramsès et le 21 octobre, date de son couronnement (c’est aussi le jour de la Sainte Céline, mais on s’en fout) le soleil baigne de lumière les statues, à l’exception de Ptah considéré comme le dieu des ténèbres.
Afin de perpétuer ce rituel, lors du déplacement, le temple a été reconstruit en gardant son axe d’origine. Ils ont presque réussi, puisque aujourd’hui on note un jour de décalage dans cet événement.

Une chose est sûre, Ramsès II veut marquer les esprits, et le résultat est là, pour notre plus grand bonheur.

 

DSC_0460

 

Après un dernier coup d’œil circulaire, direction la sortie pour se rendre vers le temple d’Hathor, dédié à l’épouse royale Néfertari.
Par chance il n’y a personne devant, outre les deux gardiens. Un moment trop rare pour ne pas en profiter et faire quelques clichés ! Le soleil est caché derrière la montagne, projetant l’ombre des temples sur le sol… et nous permettant ainsi de profiter d’une température agréable. Et quel bonheur de pouvoir admirer ses fabuleuses statues sans dégouliner de sueur…

De chaque côté de l’entrée du temple d’Hathor, on peut voir deux statues de Néfertari, elles-mêmes entourées de deux statues de Ramsès II.
Oui, Ramsès est généreux avec son épouse, mais faudrait non plus oublier qui est le Dieu ici ! Les statues sont donc plus petites, et ne font « que » 10 mètres de hauteur.
Sinon, je vous ai dit que Ramsès était un peu mégalo ?

Le temple reprend le même plan que celui de Ramsès, mais en plus petit.
Le pronaos est orné de six piliers représentant la déesse Hathor. Sur les murs, sont représentées des scènes d’offrandes. Sans oublier celle du couronnement de Ramsès ! Encore lui.
Dans le sanctuaire, on voit une statue d’Hathor, en mauvais état malheureusement.

En sortant, je fais quelques dernières photos, puis nous rejoignons notre guide.

 

DSC_0470

 

On m’avait dit que c’était impressionnant. C’est vrai.
On m’avait dit aussi que c’était un des plus beau monument au monde. Je n’ai pas tout vu, j’ai encore beaucoup à découvrir, mais c’est sûrement vrai. En tout les cas, cela reste pour moi l’une de mes plus belles visites.
Qu’est-ce qu’on m’avait dit d’autre ? Ah oui ! qu’il y avait toujours plein de touristes et qu’on avait du mal à bien voir l’intérieur des temples. Par chance, ce ne fut pas le cas ce jour-là. Il faut dire que d’une, nous l’avons visité en fin de journée, et de deux nous y sommes allées en fin de grande période touristique.

 

 

C’est parti pour le spectacle

Et vous savez quoi ? Et bien le soir même nous avons encore pu profiter de la majesté du temple puisque le spectacle son et lumière était inclus dans notre programme.

Nous sommes installés sur des bancs, face aux temples. Des oreillettes permettant d’écouter les commentaires dans sa langue sont disponibles sur les bancs mêmes.
Tout le monde est installé, le spectacle peut commencer.
Les façades du temples sont éclairées, on découvre l’histoire de l’Egypte, l’histoire de Ramsès II. Au niveau visuel c’est superbe ! en revanche, niveau commentaire c’est… très inégal. On alterne les commentaires fort intéressant sur l’histoire avec des dialogues que je qualifierais de cucul-la-praline. Lorsqu’ils font parler Néfertari c’est d’un ridicule sans nom… Dommage !

Je décide donc de laisser mon casque et de profiter du spectacle visuel. Un spectacle qui pourrait être d’une immense qualité… si les touristes étaient un peu plus disciplinés !! Car le touriste est con et sans gêne. Tout le long du spectacle ce n’est qu’un concert de flashs pris en pleine poire qui t’empêchent de profiter des images projetées sur les parois du temple…. Et quand je pense que la plupart des photos ne donneront rien de transcendant, compte tenu des conditions, ben ça m’énerve encore plus !!

Le spectacle est terminé. On rentre tranquillement sur le bateau.
Là, on nous annonce que le lendemain matin à 7h le bateau s’arrêtera face au site afin de nous permettre de faire les dernières photos, et d’admirer la grandeur du temple une dernière fois.
Oh oui ! La beauté du temple vaut bien le coup de se lever de bonne heure…
Et puis comme ça je verrai le temple éclairé par le soleil.

 

Se lever de bonne heure pour ça, oui ça vaut le coup !

Se lever de bonne heure pour ça, oui ça vaut le coup !

 

 

Alors, j’en retiens quoi de cette visite ?

Une impression de grandeur et de majesté. Une grande sérénité qui règne à cet endroit. Cela est également dû au fait qu’on ne trouve aucun vendeur de souvenirs qui viennent vous emm…bêter pendant votre visite. En effet, ceux-ci sont situés juste avant l’entrée. Et ça, ben je trouve ça vachement bien. Aux pyramides ils feraient bien de s’en inspirer. Je pense que c’est aussi dû au fait que les égyptiens ont un immense respect pour ce lieu sacré.

Une visite à ne pas manquer, bien sûr !

Publicités

Une réflexion sur “Visite d’Abu Simbel

Envie de laisser un petit mot ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s