L’article qui va te rendre accro

La chicklit, ce n’est pas mon genre de prédilection. Loin de là. En fait, sur la dizaine de livres du genre que j’ai pu lire, il n’y en a que deux que j’ai vraiment apprécié : Lexi Smart a la mémoire qui flanche, et Les petits secrets d’Emma. Tous deux de la même auteur, d’ailleurs : Sophie Kinsella.

Et c’est parce que j’avais aimé ces deux livres, et parce que je savais qu’il était une référence en matière de chicklit, que je me suis décidée à lire cet été les fameuses Confessions d’une accro du shopping.

 

 

Synopsis

Selon Rebecca Bloomwood, « si l’on pouvait porter des vêtements neufs tous les jours, la dépression nerveuse n’existerait plus ». Droguée au shopping, notre héroïne s’expose à un nombre de tracas aussi impressionnant que le montant du relevé de sa carte de crédit. Témoin de la riche correspondance qu’elle entretient avec son banquier… Comble de l’ironie: Beckie est journaliste à Réussir vos épargnes, où son travail consiste à expliquer à ses lecteurs comment gérer leur budget. Les dettes s’amoncellent… Un dernier shopping pour se remonter le moral ? Impossible, toutes ses cartes sont bloquées. De solutions empiriques en effroyables mensonges, c’est la panique. De quoi miner aussi son début d’histoire d’amour avec le séduisant homme d’affaires Luke Brandon. A ce stade, une issue heureuse ne tiendrait-elle pas du miracle ?

 

 

Mon avis

Désormais, je peux dire que j’ai aimé 3 livres du genre chicklit !

Ce n’est pas mon préféré, mais n’empêche qu’il m’a bien divertie. Suffisamment pour que j’aie envie de lire les autres aventures de Beckie.

 

J’ai aimé

Le ton humoristique employé par Sophie Kinsella. Lire les pensées de Beckie tentant une énième prise de conscience ou bien se convaincre pour la 200ème fois que oui, oui, oui elle est super motivée pour dépenser moins est absolument délicieux.

Les lettres des banques qui ponctuent les chapitres et la façon dont l’héroïne tente de les ignorer avec plus ou moins d’ingéniosité.

Le fait que malgré l’omniprésence de marques citées, je n’ai pas eu l’impression de lire le dernier catalogue de vente. Contrairement à Le diable vit à Notting Hill, où j’ai eu ce désagréable sentiment que faire la pub pour les marques était plus important que l’histoire en elle-même.

Suze, la colocataire de Beckie. Je l’ai trouvée attachante, drôle dans son genre. Et j’ai aimé son côté très sensible et humain derrière sa frivolité et son insouciance de jeune femme riche et rentière.

 

J’aurais aimé

Que beckie se montre parfois plus mature et de moins mauvaise foi. Notamment lorsqu’elle ignore pour la 200ème fois le coup de fil du banquier. J’ai trouvé qu’au bout d’un moment, c’en devenait exaspérant.

Avoir la traduction des lettres reçues en finnois, même si j’en devine à peu près le contenu.

 

En conclusion, j’ai passé un très bon moment avec cette lecture, et bien sûr, si vous n’avez pas encore lu, je vous la recommande chaudement.

 

Publicités

3 réflexions sur “L’article qui va te rendre accro

Envie de laisser un petit mot ? :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s